Aller au contenu principal
Jeudi 29 septembre
Saint Gabriel
Saint Archange

Coup du Saint Esprit

Lettre d’une patiente trouvée à la chapelle de l’hôpital Emile Durkheim

Mesdames et Messieurs

L’ensemble des personnes de L’hôpital Jean Monnet.
Ces quelques fleurs afin de vous remercier, car grâce à vous, j’ai réussi à reprendre confiance en moi.
Un jour où j’étais perdue au milieu de nulle part, une personne m’a prise sous son aile, c’était le chauffeur de Dieu, Notre Père tout puissant.
Grâce à cette personne ainsi qu’à ses collègues de cœur, j’ai retrouvé mon chemin. Voici les mots qu’un des chauffeurs de Dieu m’a dit : « Chaque personne est capable, de faire quelque chose de merveilleux sur cette terre ; si vous croyez en Dieu, croyez en vous, c’est son souhait le plus cher.
N’ayez pas peur de lui confier vos joies mais également vos peines.
Dieu veille sur chacun d’entre nous, à ses yeux nous sommes toutes et tous importants. Osez demander, vous serez exaucé. Cela mettra le temps qu’il faut, mais ne perdez pas votre courage… »
Effectivement, j’ai suivi les conseils très judicieux que j’ai reçus en automne 2008, et j’ai enfin réussi à tourner une page importante de ma vie.
Grâce à beaucoup de monde (vous faites partie de ces personnes, si vous lisez ou écoutez mon message de remerciement).
Comme dit le proverbe, plutôt la prière : « Dieu est en nous, mais nous ne le voyons pas toujours, lorsque nous perdons quelqu’un ou quelque chose… (un métier dans mon cas) ». Il faut un temps de pause afin de remettre les choses en ordre, moi il m’a fallu une année environ ; mais maintenant, j’ai trouvé l’énergie positive qui donne l’envie de vivre…
La vie vaut la peine d’être vécue,
Ce qui n’anéantit pas rend plus fort.

Une inconnue de France et de Navarre


Frères et sœurs de toutes catégories sociales et culturelles qu'il m'est permis d'aimer sans retenue, sans limite, Que ton regard est doux quand je te regarde dans les yeux et que tu me souris.
En toi je crois et je prie pour toi, oh frères et sœurs n'ayez pas peur d'oser vous confier à Notre DIEU...

Ma vie a trouvé un sens inconditionnel, universel, éternel en l'amour de mon prochain... Il me suffit de tendre l'oreille, de regarder de l'autre côté de ma porte pour écouter et de regarder mes frères en grande détresse...
Il me suffit aussi d'aller vers eux pour les saluer, parfois juste un petit sourire, juste un petit signe de la main... Leurs visages s'illuminent et à leur tour me disent qu'ils m'aiment...

Parfois je lis et j'entends la souffrance, la violence de mes frères qui habitent de l'un et de l'autre côté de mon appartement, alors comme le Père Tout Puissant, mon corps est en souffrance ; les jours et les mois passent et la maladie hante quotidiennement mes chers voisins, mon cœur s'accélère. Et lorsque la violence des cris de mes frères est intense et que mes murs tremblent, plus rien autour de moi n'existe, je ne parle plus de la peur, mais de la force que je ressens en moi...

C'est plus fort que moi, je me lève et vais porter secours au plus faible, j'apporte des soins quand la violence a atteint son extrême...
Je soigne le sang qui s'écoule sur mes frères, je leur témoigne mon mécontentement et je ne me lasse jamais non plus de leur dire qu'ils me font mal de se faire du mal et que je les aime malgré tout...

Puis le calme reprend vie quelque jour où le silence est un recueil de prière ; dans mon lit je mets mes boules quies et je prie en silence, parfois à voix basse pour que la paix traverse chacune de nos frontières et parsème l’univers...parsème l'univers...
A vous citoyens du monde, frères et sœurs ouvrez votre cœur et écoutez la voix du Seigneur...
L'enfant de DIEU MYRIAM...

Anne Marie


Un Responsable d’équipe heureux….

Heureux d’avoir été appelé pour cette mission d’animation d’une équipe locale du Secours Catholique, accueil de l’imprévu dans le cours d’une activité professionnelle pourtant bien remplie. Joie de la rencontre des bénévoles de l’équipe, mais aussi appréhension d’une nouvelle charge.

Heureux de servir, de découvrir ce qui anime ces hommes et ces femmes. Joie d’être accueilli, d’être reconnu pour remplir une mission, d’Eglise qui plus est. Joie teintée de doute… Se remettre en cause, faire avec les autres, prendre de son temps, l’amour est patience ! Une reconversion, ou une véritable conversion ?

Heureux de s’inscrire dans l’histoire de l’équipe, de relire ses actes fondateurs et tous les événements qui l’ont marqué, pour s’engager aujourd’hui avec les plus fragiles à rendre le monde plus juste et plus fraternel. Joie de la rencontre qui se teinte parfois de cri de révolte.

Heureux de vivre ensemble, d’accueillir la diversité des dons des Bénévoles, écouter, comprendre les opinions, se taire… Joie des liens fraternels, complicité des regards, confiance et respect mutuel quand les tensions apparaissent dans l’équipe. Satisfaction teintée d’humilité quand l’accueilli retrouve sa dignité.

Heureux de témoigner de sa foi et de donner du sens à l’engagement solidaire de l’équipe, reconnaître sa fragilité pour recevoir la force de l’Esprit. Joie du travail en équipe, du don de soi, de l’amour fraternel, du regard bienveillant porté sur le monde. La joie se fait prière, action de grâce.

Heureux, bienheureux celui qui appelle à son tour. Joie de laisser la place à d’autres pour vivre aussi ce temps de mission, apprendre à se détacher un temps, pour être libre de répondre à un nouvel appel. Joie profonde de faire grandir ses frères sur les chemins de l’humanité … et l’Eglise Corps du Christ. Joie de vivre les béatitudes.

Bernard, Responsable de l’équipe Secours Catholique de Nomexy

Étiquettes
Publié le 27/06/2012 par Admin.