Aller au contenu principal
Vendredi 17 août
Sainte Claire de Montefalco
abbesse (✝ 1308)

Enseignement catholique

Une promesse pour les parents, une ambition pour les élèves !

Vis-à-vis des parents …nous nous engageons à...

Vis-à-vis des élèves, nous nous engageons à...


06/02/12 Conférence : l’Enseignement Catholique aujourd’hui en France
Logo
La Direction Diocésaine de l'Enseignement Catholique organise le Mercredi 7 Mars 2012 à 14h30, une conférence-débat :

L’Enseignement Catholique aujourd’hui en France

Par Monsieur Claude BERRUER,
Adjoint au Secrétaire Général de l’Enseignement Catholique

En présence de Monseigneur Jean-Paul MATHIEU, évêque de Saint-Dié à la Maison Diocésaine, 29 rue François de Neufchâteau à EPINAL

28/10/10 Aquero en concert pour la fête de l'institution Ste Marie
Logo
Le 8 décembre à 19h30, le groupe Aquero se produira à l'espace Georges Sadoul de Saint Dié à 19h30
Gospel, musique chrétienne, Zouk, rythme blues, pop rock, jazz... Aquero offre un cocktail musical riche et coloré qui donne une pêche du Ciel !

Prix en pré-vente : 8 € pour les enfants et 11 € pour les adultes.
Billets en vente à l’entrée également aux prix de 12 € pour les enfants et 15 € par adulte.
Contact et réservation : 03 29 55 76 88 / 06 17 09 27 96

Logo
Cette rencontre est organisée pour la fête de l'institution Sainte Marie de Saint-Dié.

En effet, la veille, les 500 collégiens partageront autour du thème: "Va, Vis et Deviens". cette étape constitue une préparation au rassemblement national des écoles marianistes qui aura lieu à Lourdes le 6,7 et 8 avril 2011 proposant une réflexion sur "Hier, aujourd'hui pour demain". Cette matinée à Saint Dié sera le reflet de ce que vivent les jeunes dans leurs vie de collègiens. Elle sera tournée vers la solidarité et vers l'espérance. En fin de matinée, les volontaires pourront participer à une messe animée par le groupe Aquero.

L'après midi sera festive avec une animation musicale du groupe Aquero sur le thème "Va, Vis et Deviens" durant lequel le groupe témoignera de son expérience.

16/08/10 Portrait : Raphaël Thomassin, dans le chaudron du privé
Logo
Paysages sans heurts de la plaine des Vosges, la terre y est sans cesse remodelée par le travail des hommes. Elle est loin l’époque où l'école Saint-Clément à Martigny les Bains occupait l’ancien hôtel international construit en 1896 au milieu des 7 ha d’un parc boisé de la ville thermale. Trop d’entretien, trop de réparations à prévoir. Las de tirer le diable par la queue, le diocèse a fini par opter pour une solution radicale. Un nouveau bâtiment fut construit en 1999. _ L’ancien « château » fut vendu à la commune. Une décision en ligne directe avec le programme pédagogique de cet établissement privé, sous contrat avec l’Éducation nationale. Raphaël Thomassin met l’accent sur un objectif sans concessions. « Dans un monde qui séduit par le paraître, nous voulons aider les jeunes à vivre dans la vérité face aux autres, à soi-même ». Mais, qu’est-ce qui a bien pu attirer ce directeur de 34 ans dans ce coin du département et de devenir : « un interne parmi des internes » ?
Natif de Nancy, Raphaël Thomassin se définit comme : « un pur produit du privé ». C’est vrai qu’il est tombé tout petit dans le chaudron. Un début de scolarité à La Malgrange, puis à Saint-Joseph à Laxou, il avoue sans peine ne pas avoir toujours obtenu des résultats brillants. Il rassurait cependant ses parents en se penchant sur le Génie électrique et en s'engageant dans l'enseignement. Des remplacements le conduisirent vers Saint-Joseph à Remiremont, la Providence à Thionville, Sainte-Marie à Saint-Dié, Notre-Dame à Épinal.

« Raide dingue ! »

Raphaël Thomassin croit en la providence. La Providence, c’est aussi le nom de l’école où il sera nommé en 1999 comme prof de techno à Saint-Dié. « Beaucoup d’élèves y étaient en difficultés. Il nous fallait accueillir toutes les pauvretés. Aider les gamins... Leur redonner le goût d’apprendre en les aidant à enlever cette boule au ventre qu’ils ont parfois en entrant en classe... » Le directeur, Gérard-Antoine Massoni épaulera cet enseignant travailleur et suffisamment honnête pour lui affirmer sa volonté farouche de devenir chef d’établissement.
En 2005, M. Massoni finira par faire de Raphaël Thomassin, son adjoint de direction. « Des orientations, l’expérimentation de la découverte professionnelle... nous recherchions des solutions sur toutes les latitudes dans le cadre admis par le rectorat. » Raphaël Thomassin ne dénigre pas l’enseignement public. Mais, son truc à lui, c’est le privé et son caractère propre. Donner de sa personne, établir une relation privilégiée avec les familles, utiliser à fond ce « besoin d’aider », qui vous grignote parfois tout votre temps… Raphaël Thomassin puisse aussi ses forces dans une foi inébranlable. La proposition tombée un vendredi matin pour un poste de directeur à Saint Clément, avec réponse demandée pour le lundi aurait pu le désarçonner. Que nenni ! Le jeune homme file dare-dare vers Martigny. Le résultat ne s’est pas fait attendre. « À peine dans la cour de cette école, j’en suis tombé raide dingue ! »

« Dur, mais sympa »

Le chaudron, c’est aussi un stade à l’intérieur duquel la combativité fait loi. « Ma mission était là, je n’ai jamais perdu confiance ! » Sous son impulsion, entre collège et primaire, l’effectif réduit à la portion congrue reprenait du tonus. 182 filles et garçons sont inscrits pour 09-10. Une soixantaine de pensionnaires occuperont l'internat. Onze enseignants, dont lui-même puisqu’il garde son attribution de professeur, le directeur sait pouvoir s’appuyer sur sa hiérarchie. Avec 23 reçus sur 26 présentés au brevet, Saint-Clément surfe sur une bonne vague scolaire. Célibataire, Raphaël Thomassin vit son métier à plein temps. Il envisage de fonder un foyer. Plus tard. Le directeur de Saint- Clément, c’est aussi cet homme qui sort son portefeuille lorsqu’un enfant n’a pas de moyens financiers pour partir en Espagne avec ses camarades. Toujours ce souci de vérité. « Le gosse est au courant, l’argent ne tombe pas du ciel... Il faut aider, mais ne pas assister, et mettre face aux réalités... » Les gamins estiment leur directeur « dur, mais sympa ! » Raphaël Thomassin mange tous les soirs avec ses pensionnaires, mais n’hésite pas à renvoyer un garçon désespérément trop violent. « La pastorale, on la vit tous les jours... Forcément, on s’implique émotionnellement. Mais, nous ne sommes pas une famille de substitution... » Et pourtant, un noyau fort existe. Raphaël Thomassin rend hommage à ses parents qui ont su lui transmettre des valeurs précieuses.
Le téléphone sonne. Un problème se pose avec un dépanneur en cuisine. Le directeur écoute et gère. Non, le poste qu’il occupe à Saint Clément n’est pas une sinécure. Une galère non plus. Raphaël Thomassin fait front avec autant de foi que de passion. Au mur de son bureau, une croix. Sur un meuble, la photo d’un être cher qui aidé à se propulser en avant. Les difficultés, mais aussi la reconnaissance grandissent les hommes. Parmi de petits objets qu'il conserve un tee-shirt dédicacé par d'anciens élèves, une boule de neige rapportée d’Espagne par un enfant... Le chef d’établissement croit en la providence, celle qui vient vous surprendre, qui vous bouscule un peu. Éduquer, passion d’Espérance, donner la confiance, Saint-Clément est aussi terre de providence.
Josée Tomasi-Houillon Article publié dans Eglise dans les Vosges

16/08/10 Tous les établissements catholiques vosgiens
Retrouver la liste des établissements catholiques vosgiens dans [lien type="externe" spip_id="