Aller au contenu principal
Mercredi 22 septembre
Saint Maurice
et ses compagnons de la légion thébéenne (✝ v. 287)

L'histoire des villages : La Salle, La Bourgonce

L’histoire de nos trois villages : La Salle, La Bourgonce, Nompatelize

L’histoire de nos trois villages : La Salle, La Bourgonce, Nompatelize ne peut être séparée de celle de l’abbaye d’Etival.

En 1114, le diplôme de l’Empereur Henri V du Saint Empire Germanique, du 15 des calendes d’avril 1114 (8 mars 1115), confirme l’appartenance à l’église Notre Dame d’Etival, les chapelles de Norpadie Celsea – Nompatelize - Saint-Epvre, Saint-Denis de Burguntia – La Bourgonce.

La chapelle de Saint-Denis fut agrandie en 1616 puis reconstruite en 1714. Le hameau de l’hôte du bois faisant partie du village de La Bourgonce, devient à la fin du quinzième siècle le village de La Salle. C’est au cours de cette période qu’un Maire syndic est élu dans chacun des deux villages qui forment la paroisse Saint-Denis. Les charges afférentes à celle-ci se répartissant en 3/5 pour La Bourgonce et 2/5 pour La Salle.

Une école commune aux deux villages existait en 1686, à preuve qu’un jardin attaché à la maison du Maître d’école ‘dont celui-ci jouit sans rien rendre’. Simon Godin, abbé d’Etival, en étant ainsi convenu en 1686. Le maître d’école était nommé pour un an en accord avec les maires syndics et le curé de la paroisse Saint-Denis. La ferme du Maître d’école ne comportait qu’une grange et une étable et celui-ci avait son logement dans la maison d’école. Sur le cadastre de La Bourgonce, un lieudit porte le nom du pré du Maître d’école.

Le 1er février 1828, une assemblée extraordinaire des conseils municipaux des deux communes s’est tenue pour l’acquisition d’une petite maison, contiguë à la maison servant en même temps de maison d’école. Considérant que la maison commune telle qu’elle existe était peu convenable, du fait de son enclave entre deux maisons contiguës et n’étant composée que d’un ‘poêle’ servant à la fois de salle d’école où sont rassemblés les deux sexes et d’y tenir les séances du conseil municipal et d’une chambre ‘derrière’ pour loger le maître, aussi, il est nécessaire de profiter de l’occasion pour en faire l’acquisition à l’ouest, contiguë à cette maison d’école, afin d’établir une salle d’école pour les filles.

Une lettre du Sous-préfet de Saint-Dié du 19 avril 1837, au vu des délibérations des deux conseils municipaux de La Bourgonce et de La Salle des 4 septembre 1836 et 18 janvier 1837, tendant à la vente de la maison d’école de La Bourgonce, propriété des deux communes.

Il a été considéré que les communes de La Bourgonce et de La Salle sont réunies pour le culte mais séparées pour l’instruction primaire, que cette dernière possède une maison d’école à elle seule alors que la maison de La Bourgonce appartient par indivis aux deux communes, qu’elle est vétuste et ne répond plus aux besoins de la population. Les conseils municipaux sont unanimes à demander sa vente sur la mise à prix de 900 francs et le fruit de cette vente sera versé dans chacune des caisses communales dans le rapport de 3/5 pour La Bourgonce et de 2/5 pour La Salle.

Un nouveau bâtiment – mairie fut construit en 1876, brûlé par les Allemands en août 1916. Il fut reconstruit à la fin de la première guerre sur les mêmes fondations et c’est encore, aujourd’hui, l’école de La Bourgonce.
Publié le 15/06/2012 par Papier.