Aller au contenu principal
Samedi 8 mai
Saint Désiré
évêque de Bourges (✝ 550)

Itinéraires spirituels


17/09 /14 Pour l'avent et Noël (Itinéraires spirituels)
Un itinéraire spirituel sur le cycle de Noël de l'Annonciation à la Présentation de Jésus au Temple à partir des œuvres du peintre vitellois Claude Bassot, actif dans les Vosges à la fin du XVIe siècle.

logo

12/09 /14 à Notre-Dame au Cierge d'Epinal (Itinéraires spirituels)
D'une grande richesse artistique, l'église Notre-Dame au Cierge d’Épinal invite à la prière.

Même si... cette grande église contemporaine en béton et dalle de verre, aux lignes épurées, aux vastes dimensions peut sembler aride.

Logo

Et pourtant... l'art y est particulièrement présent. Les artistes, l'architecte, le curé et son vicaire ont œuvré pour en faire une œuvre d'art totale. L'élément phare de cet édifice est sa grande verrière qui nous invite à contempler et méditer sur la vie de la Vierge .

Le cœur de la foi est bien présent avec le chemin de croix toujours à découvrir tant il est riche en symboles.

Logo

C'est en compagnie de celui qui a tant fait pour cette église, l'abbé Roger Ohnimus, que tous peuvent méditer.

11/09 /14 Chemin de la Passion à Châtenois (Itinéraires spirituels)
Voici un chemin de la Passion pour méditer avec les tableaux de l'église de Chätenois et le texte des évangiles.

logo

11/09 /14 Les vitraux de la cathédrale, chemin vers Pâques (Itinéraires spirituels)
Vaste création contemporaine de 315 m² sur 53 baies, le programme vitré de la cathédrale de Saint-Dié propose à tous un chemin à travers le mystère pascal de mort et résurrection. Ce thème du chemin de lumière que les vitraux constituent est à mettre en lien avec l'histoire de la cité déodatienne, elle-même détruite par un incendie volontaire en 1944 et sa résurrection, sort partagé par la cathédrale aussi, dynamitée puis reconstruite lentement.
Logo

Pour entrer dans le mystère comme dans le passé, il est déjà nécessaire de quitter le monde symbolisé par les deux vitraux de la façade principale dus à Lucien Lautrec. Ils montrent le chaos du monde extérieur, profane, différent de l'ambiance intérieure de la cathédrale, propice au recueillement.

Logo
Ce recueillement est illustré par les verrières hautes du bas-côté sud (à droite en entrant) dues à Geneviève Asse. La couleur bleue y domine et leur mouvement général est vertical, sens de la prière qui monte vers Dieu mais aussi du souci de Dieu Père pour les hommes à qui il donne son Fils, descendu du ciel. Ces prières bleues s'entrouvrent par moment sur du blanc et du rose après les spirales désaxées de la rose de la première travée de la cathédrale rappelant l'énergie de la vie.

Logo
Dans la première chapelle latérale nord (à gauche en entrant), c'est le premier sacrement donné et reçu qui est évoqué, le baptême. Entrée dans l’Église, le baptême a son lieu propre dans les églises de pierre. Ici, Claire de Rougemont a développé un long mouvement ascendant-descendant montrant bien la relation qui unit Dieu à l'homme et l'homme à Dieu. Le blanc de la pureté, le bleu de l'eau purificatrice et le rose du bébé s'y harmonisent pleinement.

Logo
Dans les fenêtres hautes de la nef côté nord, Dominique Gutherz évoque le lever d'une aurore nouvelle, rappel de la vie nouvelle reçue au baptême et, en même temps, promesse de la résurrection. Le Christ est venu éclairer le monde d'un jour nouveau qu'il nous faut faire connaître. Ainsi dans les ténèbres proches de la façade, s'ouvre peu à peu une lumière conduisant à l'autel.
Logo
Cette démarche se retrouve dans les verrières du bas-côté sud occupant de petites baies romanes. C'est le monde tout entier qui a à parcourir le chemin vers la lumière et dans son évocation de la Genèse, Jacques Bony laisse quelques éclats de lumière, de plus en plus nombreux, pénétrer le monde des ténèbres. Cette succession de verrières nous rappelle aussi que la foi n'est pas reçue une fois pour toute mais qu'elle se construit au quotidien dans une relation Père – enfant avec Dieu. Le lien avec les prières bleues de Geneviève Asse est alors encore plus évident. Il faut se laisser convertir constamment pour trouver la vraie lumière.

Logo
Cette lumière, la promesse de Dieu à son peuple, s'accomplit et prend tout son sens dans le mystère pascal. Évocation de la Passion du Christ, le transept nous montre, autour de l'autel, qui organise la célébration eucharistique, à la fois le pain et le vin (transept nord-est et sud est) et en même temps, corps et sang du Christ donnés au moment de la Cène, le Jeudi saint. Le lien avec l'autel dû à Philippe Kaeppelin, est alors évident.

Logo
Annonçant ce mystère, la dernière chapelle latérale nord est celle du tombeau des évêques avec un vitrail de Gérald Collot où un autre tombeau, celui du Christ, se révèle glorieux par son vide. C'est le lieu de l'affrontement entre les ténèbres et la lumière de la Résurrection.

Logo
Le bras nord du transept est celui de la Passion du Christ. Retiré sur le Mont des Oliviers, il connaît là le poids de la solitude et le doute avant de s'en remettre totalement à son Père. Une coulée de tristesse s'abat sur la terre dans le grand vitrail nord mais la lumière reste présente, discrètement sur les côtés. Le moment de l'arrestation de Jésus qui s'y déroule, n'est pas rendu de manière explicite par Alfred Manessier qui travaille plutôt à une expression des sentiments des acteurs et témoins de la Passion. Ces sentiments, et surtout celui d'abandon est bien rendu dans le dernier vitrail nord-est, celui de la mort sur la Croix où dominent les couleurs froides de tristesse néanmoins calme car la douleur est acceptée.

Logo
Parallèlement, Jean le Moal évoque dans le transept sud, la Passion vécue par Marie. Le tourbillon de la grande verrière de ce transept rend bien la douleur intérieure de celle qui sait qu'elle va perdre son Fils et qui a suivi, en silence tout en retenant tout dans son cœur, la Bonne Nouvelle que Jésus a annoncée au monde. Le premier vitrail sud-ouest, près du vin, montre un mouvement répétitif, lancinant de tristesse. Les deux vitraux est du transept marial montre bien la com-Passion de Marie, sereine et amère à la fois.



Logo
Le chœur conclu le cycle de la Passion jusqu'au matin de Pâques. Jean Bazaine en réalise les verrières tout en ayant coordonné le chantier de ce programme vitré. En commençant par le vitrail nord-est du chœur, l'on passe du rouge du sang versé pour le monde à l'espérance avec les ailes blanches de l'ange au tombeau proclamant la résurrection illustrée dans la verrière suivante alors que sur le côté sud, le cycle de la Passion vécue par Marie se poursuit avec, face à l'ange au tombeau, un mouvement crispé dans des tons très violents, Mater Dolorosa. Dans la baie suivante, faisant face au matin de Pâques, les bleus s'éclaircissent et une ondulation parcourt le vitrail en diagonale.

Logo
Les trois verrières de l'abside manifestent l'éclatement d'une nouvelle ère annoncée par la Résurrection. Elle nous attirait depuis l'entrée dans l'église mais pour y parvenir, il a fallu parcourir toutes les étapes se laissant découvrir peu à peu tout comme la foi se construit jour après jour. Ainsi, les vitraux de la cathédrale de Saint-Dié sont à la fois les témoins de la vie de la cité martyre de la Deuxième Guerre mondiale mais aussi ils invitent à entrer dans le mystère de la Bonne Nouvelle manifestée par la mort et la résurrection du Christ venu dans le monde.


Cet ensemble est complété dans la chapelle du Saint-Sacrement par des verrières d'Elvire Jan sur le thème de l'eucharistie alors que ceux de la sacristie sont de Lucien Lautrec.

11/09 /14 à la cathédrale de Saint-Dié (Itinéraires spirituels)
Deux formats pour cet itinéraire spirituel au fil du lieu cathédrale à la rencontre de ce qui s'y vit pour les chrétiens qui s'y rassemblent.

Déjà sous forme de panneaux : logo

ou sous forme de feuillet : logo

11/09 /14 à la basilique Saint-Maurice d'Epinal (Itinéraires spirituels)
Un premier itinéraire spirituel est proposé dans la basilique Saint-Maurice d’Épinal. Carrefour de la cité et de la paroisse Saint-Goëry, cette vénérable église mérite une approche nouvelle. Par les lieux qui la composent, la basilique spinalienne nous explique notamment la vie liturgique des chrétiens.

logo