Aller au contenu principal
Mercredi 12 décembre
Saint Corentin
Evêque de Quimper (5ème s.)

Préparer un baptême

Du grec baptisma, qui signifie l’acte d’être plongé ou immergé.

Le baptême est d’abord lié au besoin naturel de se laver ; les animaux — même les oiseaux — le pratiquent. Dans les religions, il a toujours été un rite de purification ou d’ablution.

Pour être totalement efficace, le baptême doit être une œuvre divine, celle du Christ et de l’Esprit Saint. Jésus, en effet, le véritable Agneau de Dieu, est venu accomplir la volonté du Père en prenant sur lui les péchés du monde.

Par sa mort rédemptrice, Jésus descend jusqu’aux enfers, mais pour ramener à la surface des eaux et jusqu’au rivage de l’éternité tous ceux qui accepteront d’être sauvés.

Le baptême régénère en donnant le germe de la vie divine ; il faut ensuite laisser croître ce germe par la pratique de la vie chrétienne, spécialement par l’exercice de la vie liturgique et sacramentelle. Le « caractère » reçu au baptême a pour fonction de nous habiliter au culte.

En versant de l’eau sur le front ou sur une autre partie du corps de la personne qui demande le baptême, celui qui baptise doit dire : « Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ».

En soi, le baptême par immersion est le plus significatif, le plus originel aussi ; mais pour des raisons pratiques, le rite de l’aspersion est le plus fréquent, celui qui convient le mieux pour les petits enfants. Pour les rites complémentaires du baptême, voir Ephpheta, Exorcisme, Huile, Imposition.


Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés


08/12/10 Le rôle du parrain et de la marraine (Préparer un baptême)


Pour baptiser un enfant, les parents doivent choisir un Parrain et une Marraine qui auront un rôle important dans la vie de l’enfant.

Ils s’engagent à soutenir l’enfant dans sa vie chrétienne, l’aident à grandir dans la foi et doivent apporter un soutien aux parents dans l’éducation de l’enfant.

Ils ont un rôle d’accompagnement tout au long de la vie de leur filleul(e) et établissent un lien privilégié avec lui. Ils se doivent d’entretenir ce lien grâce à des petites attentions mais surtout grâce à des échanges réguliers et une complicité qui aide l’enfant à grandir.

En cas de décès des parents, le rôle du parrain ou de la marraine peut se renforcer dans la mesure où ils sont investis d’une responsabilité morale selon leurs liens affectifs avec leur filleul(e). Cependant ils ne sont en aucun cas tenus d’assumer la garde de l’enfant et ne deviendront pas les tuteurs. Selon la loi civile française, le tuteur est désigné par le juge de tutelle et le conseil de famille et le parrain et la marraine n’ont aucun droit particulier.