Aller au contenu principal
Mercredi 23 janvier
Saint Ildefonse de Tolède
Evêque de Tolède (✝ 669)

Présentation

Activité

Plusieurs activités sont de la compétence de la pastorale liturgique et sacramentelle :

1. Faire des propositions d'orientations diocésaines concernant :
— Les assemblées dominicales
— La pastorale des funérailles

2. Faire des formations selon les demandes des prêtres, diacres et laïcs, en vue de leur mission dans la Pastorale liturgique et sacramentelle

3. Être en lien avec la Musique liturgique et l'Art sacré

4. Conserver un lien régulier avec la Commission Provinciale et le Service National de la Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

Une grande problématique du service: Réflexion et approfondissement de la pastorale liturgique et sacramentelle dans le contexte de la situation du diocèse, de la culture contemporaine et dans une perspective missionnaire.




Les rencontres

La commission se réunit environ tous les deux mois.
Elle peut organiser des rencontres diocésaines de formation.
La plupart du temps, elle se déplace, avec l'un ou l'autre de ses membres, dans les différentes zones du diocèse pour répondre à une demande de formation.

Les priorités

Les priorités actuelles :

- Mettre l'accent sur la formation des laïcs pour la célébration des funérailles chrétiennes et s l’animation des célébrations non eucharistiques (Assemblées de la Parole, Liturgie des heures…).
- Formation des équipes liturgiques
-Répondre à la demande pour le partage d'expériences des équipes de préparation au baptême des petits enfants.

Musique liturgique

On peut faire appel à la pastorale Liturgique et Sacramentelle pour :
- une rencontre locale avec les chorales d'un secteur en soirée
- une messe à l'occasion d'une fête ou d'une cérémonie particulière avec participation du chœur diocésain.
- un projet de restauration d'orgue

Contact
Armand ORY
Responsable diocésain de la musique sacrée
2 chemin des Meix Lemaire
88600 Fontenay
Fax : XX.XX.XX.XX.XX

Articles

Le sacrement des malades

La célébration communautaire du sacrement des malades

A la messe chrismale du Mercredi Saint, l’évêque entouré des prêtres et des diacres du diocèse bénit l’huile des malades en prononçant cette belle prière:
«Dieu notre Père, de qui vient tout réconfort, par ton Fils, tu as voulu guérir toutes nos faiblesses et nos maladies, sois attentif à la prière de notre foi: envoie du ciel ton Esprit Saint Consolateur sur cette huile que ta création nous procure pour rendre vigueur à nos corps. Qu’elle devienne par ta bénédiction l’Huile sainte que nous recevons de toi pour soulager le corps, l’âme et l’esprit des malades qui en recevront l’onction, pour chasser toute douleur, toute maladie, toute souffrance physique et morale. Que cette huile devienne ainsi l’instrument dont tu te sers pour nous donner ta grâce, au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur qui règne avec toi pour les siècles des siècles. »

Les Évangiles nous présentent Jésus sous les traits d’un homme de compassion envers tous les malades qu’il rencontre. Ses gestes et ses paroles témoignent de sa proximité envers ceux qui souffrent et de sa volonté de les guérir et de les relever : « va, ta foi t’a sauvé ».
Pour poursuivre son œuvre, Jésus envoie ses apôtres en leur donnant le pouvoir de guérir en son nom : « ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades et les guérissaient » (Marc 6, 13).
Dès les origines, l’Eglise reprend ce geste de l’onction d’huile pour manifester la tendresse et la miséricorde du Seigneur aux personnes éprouvées par la maladie Elle en fera un des sept sacrements Chaque sacrement est une rencontre privilégiée avec le Christ et un cadeau de Dieu aux grandes étapes de la vie.
Le prêtre a reçu de l’Eglise la mission de conférer ce sacrement qui se manifeste par deux gestes importants :
• L’imposition des mains qui se fait en silence
• L’onction d’huile sur le front et les mains du malade en priant : « Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit-Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous vos péchés, qu’il vous sauve et vous relève. »

Aujourd’hui, l’Eglise a toujours le souci d’être présente aux personnes éprouvées par la maladie, le handicap, la vieillesse avec son cortège de fragilités qui conduit à l’isolement, à la rupture sociale et de leur apporter le réconfort de la foi.
Il n’y a pas d’âge pour recevoir le sacrement des malades car, à tout moment, notre existence peut-être altérée par une maladie, un accident ou une intervention chirurgicale qui mettent gravement notre vie en danger. En demandant ce sacrement, la personne demande au Seigneur la force et le courage de vivre ses épreuves de santé. Elle s’unit plus intimement au Christ et donne autour d’elle un témoignage de foi et d’espérance.

Comme tout sacrement, le sacrement des malades est une célébration ecclésiale. Il doit permettre un rassemblement fraternel autour de ceux qui souffrent et c’est toute la communauté chrétienne qui prie pour ses membres éprouvés par la maladie, la détresse, la souffrance psychique et le grand âge.