Aller au contenu principal
Samedi 1 octobre
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Thérèse de Lisieux, docteur de l'Église (✝ 1897)

8 jeunes Vosgiens en Inde - Une expérience pour la vie

Cet article a été publié dans le magazine « Eglise dans les Vosges ». En vous abonnant , vous soutenez et favorisez la circulation de l’information et le dialogue dans le diocèse.

Le projet

L’association ”A vol d’oiseau” propose régulièrement des projets “humanitaires” aux élèves et personnels du lycée jeanne d’arc de Remiremont. Cette année, un groupe a vécu une mission de 3 semaines en inde. Ainsi, 8 élèves de première et terminale et 10 adultes, accompagnés par Mgr Mathieu, ont rejoint Bombay et Vadodara dans la province du gujarat. Sur place, plus de 300 religieuses de jésus-marie dans 40 communautés sont au service de 40 000 enfants dans les écoles, les orphelinats et les centres pour enfants défavorisés ou handicapés.

Les missions

4 bénévoles s’occupent d’enfants handicapés. Une centaine de filles et garçons sont accueillis tous les jours pour un éveil ou un apprentissage dans une école de 2000 élèves en plein centre de Bombay. 5 bénévoles s’intègrent dans une école à Palanpur pour proposer des activités ludiques aux enfants issus des tribus locales : jeux, travaux manuels pour les enfants et découverte des coutumes, de la langue et du rythme de vie pour les voyageurs. Une vraie leçon de vie par l’observation. 4 bénévoles partagent le quotidien de centres dans des villages pour assurer une présence et proposer des activités simples et ludiques. De beaux moments de partage sont vécus avec les sœurs, les enfants et les patients. 5 bénévoles s’investissent à Halol, petit village perdu dans la campagne, auprès des enfants de la rue et des élèves de l’école. Il s’agit d’un travail commun avec le personnel et les sœurs. La joie et l’amitié permettent de tisser des liens et de donner à ces enfants un moment de bonheur simple.

Retour en France Tous rentrent “habités par une expérience forte et enrichissante”. L’action se voulait modeste mais utile. Malgré la barrière de la langue, chacun s’est investi.

  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette

Témoignages

Bénédicte Colin, bénévole à Haloli
La communauté des Sœurs de Jésus Marie gère la maison d’accueil “Claudine Nivas” où elle assure la scolarité de 200 jeunes filles issues de milieu très pauvre et en accueille en internat.
Elles arrivent à faire passer une multitude de choses aux jeunes avec une rigueur, un respect toujours sous le signe de la foi, de l’amour, du travail. Je suis impressionnée par toutes leurs actions, sans moyens particuliers et dans des locaux très simples voire vétustes, mais toujours très propres. Imaginez des salles de classe sans table ni chaises...
Mon action sur le site n’a pas été une action purement humanitaire. Je me suis imprégnée du travail quotidien à faire et ai essayé au mieux de m’y investir tout au long des journées : tâches culinaires, suivre les jeunes en cours, petites activités manuelles...
Je suis émerveillée par la beauté de ces gamines, toujours très souriantes. Un petit jeu de cartes, un scoubidou à fabriquer, tout est intéressant pour elles. Elles ne sont pas dans le superflu, la consommation. Le rythme de leurs journées est ponctué par les devoirs, les prières, les services quotidiens, la classe. Avec toutes ces occupations, il ne leur reste pas de temps pour les jeux, les loisirs.
Les filles de “Claudine Nivas” ont un vécu incroyable. Certaines ont été confrontées très tôt à la violence, la pauvreté, la mort. Quelle chance elles ont d’être là !
Trois semaines enrichissantes en rencontres, en découvertes, en expérience personnelle. Je tiens à res¬ter en relation avec la congrégation et à féliciter toutes les religieuses de l’Inde qui font un travail merveilleux. Bravo à elles.

Adeline Bonnot, bénévole à Bombay
A Bombay, nous avons découvert l’école spécialisée pour des enfants handicapés mentaux. Les enfants étaient repartis selon leurs difficultés et non en fonction de l’âge. Lors de notre séjour, nous avons aidé les professeurs. Ensuite, nous avons proposé des activités aux enfants et bien sûr avec l’aide des professeurs, traducteurs indispensables.
Pendant ces 3 semaines, nous avons découvert Bombay, ville de contrastes où pauvres et riches se côtoient. Nous sommes aussi allées dans des villages ce qui nous a donné l’occasion d’y voir le travail des sœurs dans des écoles et des dispensaires.
Que de souvenirs pour chacun de nous et quelle expérience extraordinaire, inoubliable…

Charlotte et Pauline, bénévoles dans une école
Nous avons assisté les enseignants souvent débordés pare la soixantaine d’enfants par classe. Maths, dessin, anglais, nous avons pu aider les enfants. Chaque après-midi, nous leur proposions des activités. Tout était découverte pour eux car ils ne possèdent rien de personnel, pas même un crayon. Ce que nous leur avons acheté sur place a été accueilli avec une grande joie. Nous avons pu apprécier le fruit de notre travail dans les sourires des enfants qui participaient de bon cœur aux activités. Ils avaient toujours hâte de les découvrir et nous avons surpris des petits espions pendant les préparatifs. Les enseignants aussi étaient intéressés.
Nous avons eu la chance de rencontrer les familles des enfants. Nous avons été accueillies dans les tribus avec des danses traditionnelles. Le village que nous avons découvert est un lieu très pauvre sans eau ni électricité, perdu au milieu des champs, à plusieurs heures de marche de l‘internat. Nous sommes heureuses d’avoir pu partager leur culture et apporter le meilleur de nous-mêmes, surtout aux petits “gujaratis”.

Mathilde Bollinger, bénévole à Bombay
Namaste ! Cet été, avec l’association à Vol d’Oiseau, je me suis envolée en direction de Bombay pour m’occuper d’enfants en situation de handicap dans une école regroupant 2600 élèves dont 110 sont handicapés. Ces enfants sont généreux, pleins de vie et nous ont apporté beaucoup.
Nous avons vécu des moments riches en émotions, énormément de partage, de découvertes notamment culturelles et linguistiques. Ils parlaient le maharati ou hindi mais aussi un peu l’anglais.
Trois semaines, ce fut court mais cela m’a tout de même apporté une autre vision du monde et a concrétisé mon projet d’avenir qui sera de devenir éducatrice spécialisée. Actuellement je travaille dans une Classe d’inclusion scolaire (CLIS) en tant qu’assistante de vie scolaire en attendant de passer mes concours. Je n’oublierai jamais cette mission au bout du monde qui aura quelque peu changé ma vie !

Julia Thouvenot et Morgane Petitjean, bénévoles à la campagne
Deux établissements sur le même site : un collège de 200 élèves dont 150 internes (5% de garçons) et une maison pour enfants de la rue, des petites filles abandonnées au passé impressionnant. Le mode de vie des enfants est bien différent du notre : lever à 5h45 – travail dans les champs jusqu’à 8 h – étude de 8h à 9h puis cours – repas, sieste et cours de nouveaux – temps libre de 16h30 à 17h30 – tâches ménagères de 17h30 à 19h30 – assiette de riz comme repas du soir et coucher à 22h. Nous avons partagé des moments inoubliables avec eux, ainsi qu’avec les sœurs qui sont très accueillantes. Il y a eu énormément de coups de cœur. C’est une bonne expérience au niveau relationnel et humain.

Jessie et Léna, bénévoles dans un dispensaire
Notre travail a consisté à répondre aux besoins. De nombreux patients venaient seulement chercher des médicaments pour les aider à survivre. On a aussi aidé pour les cours de couture et proposer des activités ludiques aux enfants de l’internat : jeux de cartes ou de ballons, dessins, coloriages. Cela a été une belle expérience dont on se souviendra longtemps, malgré les moments difficiles (confrontation à la maladie, barrière de la langue).

Étiquettes
Publié le 24/11/2011 par Alice.