Aller au contenu principal
Samedi 1 octobre
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus
Thérèse de Lisieux, docteur de l'Église (✝ 1897)

Deux œuvres d’art restaurées par le diocèse

Deux statues provenant du petit séminaire de Martigny-les-Bains viennent d’être restaurées à Vesoul et vont regagner les Vosges courant février. Le Christ en Croix sera posé à l’église Notre-Dame-de-Galilée de Saint-Dié et la Vierge à l’Enfant sera installée à l’oratoire de la maison diocésaine.

Inscrites à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques, ces deux œuvres viennent de subir une cure de jouvence au sein de l’atelier de restauration vésulien CRRAOA. Elles proviennent de Martigny-les-Bains où elles ornaient la chapelle de ce qui fut, avant d’être un séminaire, l’hôtel international. Cédé au diocèse au début des années 1950, il est transformé en petit séminaire, puis en 1967 en collège. Les bâtiments sont à nouveau vendus en 2000 lorsque le collège est transféré dans un bâtiment neuf.

Le christ en croix

Le Christ en croix date de la fin du XVIe siècle ou du début du siècle suivant et la Vierge à l’Enfant du début du XVIIIe. Témoins de l’expression artistique en Lorraine au début de l’époque moderne, elles peuvent nous interroger aujourd’hui encore malgré leur caractère frustre voire même austère, atténué par leur polychromie particulièrement bien conservée.
Le Christ est certainement en chêne et a conservé ses couleurs d’origine sous plusieurs couches de repeint. L’absence du montant supérieur de la Croix est un signe de son ancienneté (elle a la forme d’un T). Avant sa restauration, il présentait quelques altérations et de légers manques qui ont été comblés.

  • vignette
  • vignette

La vierge

La statue de la Vierge est plus récente et dans un bois différent. Elle se présente dans une position très droite avec son Enfant dans les bras et une couronne sur la tête. Repeinte à plusieurs reprises, un pan de son manteau manquait et des insectes xylophages avaient commencé leur œuvre. La restauration a permis de stopper leur invasion et de redonner du lustre à cette Vierge lorraine particulièrement révélatrice des modes et des habitudes de son temps (début du XVIIIe siècle).

Logo
Logo

Présentation au public

Même si elles proviennent d’un même lieu, elles ne forment pas un ensemble et seront donc séparées pour être présentées en deux endroits différents, l’une dans la petite église Saint-Dié et l’autre à l’oratoire de la Maison diocésaine. Elles seront ainsi un lien entre le passé et l’avenir en se mêlant à des édifices dont le mobilier liturgique vient d’être ou sera d’ici peu renouvelé.

Un patrimoine vivant et à faire vivre !

Une restauration d’œuvres d’art est toujours un moment fort pour une communauté chrétienne. Cela contribue à la valorisation, la connaissance du patrimoine diocésain mais montre aussi la vie des communautés chrétiennes qui ainsi participent à la vie culturelle de leurs cités. Ainsi le diocèse a fait le pari de créer un service d’art sacré (CF Église dans les Vosges de septembre). Ce service vient de mettre en ligne plusieurs fiches pratiques destinées à guider celles et ceux qui souhaitent rendre leur église plus accueillante tout en préservant leur patrimoine. Ces fiches sont à découvrir sur le site internet du diocèse : www. catholique-vosges.fr/-art-sacre. Pour tout renseignement, n’hésitez pas à contacter le chargé du patrimoine : Claude Faltrauer au XX.XX.XX.XX.XX ou xxx@xxx.xx

Cet article a été publié dans le magazine « Eglise dans les Vosges ». En vous abonnant , vous soutenez et favorisez la circulation de l’information et le dialogue dans le diocèse.

Publié le 01/03/2012 par Alice.